Groupe Grimpe et Glisse - Association LGBT - Ski, snowboard, randonnée, escalade, canyoning...

Accueil du site > Récits des Séjours > Valtho et les trois Vallées

Valtho et les trois Vallées

du samedi 5 mars au 12 mars 2016

Rédigé par Stéphan Bérenger


Les actes manqués réussis par Stéphan Bérenger (pseudo de plume).

Tout a commencé début décembre, j’avais décidé d’aller à Val-Tho. Le club Med où j’avais déjà séjourné dans d’autres stations, s’affichait hors de prix !

Par ailleurs, j’avais été sensibilisé à GGG par Patou de Montreuil lors d’une journée inter-associative dans le bois de Vincennes, au printemps... J’ai donc fait un tour sur le site de GGG pour voir ce qui se passait. Que vois-je ? Un séjour à Val-Tho !

Je me renseigne mais au moment où j’allais m’inscrire, on m’annonce complet ! Déçu évidemment... Je vois un autre séjour à Hauteluce proposé par un certain Jean-Pierre à qui je téléphonai et auquel j’annonçai mon problème avec le gluten dont il se souviendra et qui fera tant le buzz par la suite ! Mais bien-sûr, le domaine à Hauteluce n’a rien à voir avec les 3 Vallées et je ne donne pas suite...

Fin février, mon envie de m’évader devient vitale. Par hasard, je vois sur le site de GGG qu’il reste de nouveau de la place pour Val-Tho. C’est là que tout recommence ! Prise de billets de train à la dernière minute, au prix fort certes mais bien content de trouver de la place. Arrivée sous la neige à Val-Thorens et découverte de la station, du chalet, et surtout des résidents GGG. Plusieurs têtes ne me sont pas inconnues à force de traîner çà et là !

Vincent, le Gentil Organisateur efficace qui me fait signe du balcon quand j’arrive ; Daniel que j’ai eu au téléphone avant de prendre le car à Moûtiers, déjà arrivé en voiture ; Francis, que j’avais déjà vu quelque part, qui se révélera un véritable juke-box, sur les pistes et tout le long séjour, en duo avec votre serviteur ;

L’ineffable et inévitable (comme les pistes du même nom) Jean-Pierre, JP pour les intimes, dont je n’avais pas reconnu la voix au premier abord mais qui se rappelait bien de mon intolérance au gluten et puis l’a oublié en voulant me faire déguster ses crêpes pendant tout le séjour ;

Patrick déjà rencontré au préalable furtivement mais en tout bien, tout honneur ; Francis de Lorraine, dit le casqué pour ne pas confondre avec l’autre Francis, le partenaire de Vincent. Petite confidence intime, Francis mordille juste comme il faut, même en public ; Arnaud, casqué aussi, de Champagne lui et au charme naturel, spécialiste de tous les alcools et cocktails qu’il a ramenés de chez lui, rhum bien arrangé et j’en passe ; Dominique déjà entrevu à la voiture bar dans le TGV ; Luc le discret retraité de l’Essonne ; Laurent, mon compagnon de chambrée, qui a souffert de mes ronflements et dont j’ai apprécié les râles extatiques durant les nuits ; Pierre, le Parisien de Lyon, toujours très courtois sauf au Solo / Uno et ses parties animées et inénarrables ; Martine, la seule fille réchappée mais éclopée de l’année dernière et aussi cochonne que moi ; en fait, seulement en vertu de l’horoscope chinois ! Le séjour s’est passé en complet décalage horaire pour moi : lever tôt, coucher tôt.

Toujours les mêmes têtes aux mêmes heures, prems et ders ! Le matin, Jean-Pierre fait état de sa présence en cuisine en rangeant le lave-vaisselle et me permet d’ouvrir les yeux : nous sommes levés les prems !

Le soir idem avec les mêmes et avec Arnaud et ses divers mélanges arrangés ! L’apéro tous les jours à 20h est un incontournable qui me fait dire qu’au-delà des kirs au Génépi et ‘Ti Punch préparés avec amour, ainsi que diverses liqueurs en pousse café et rhum ambré dans le thé pour le goûter, GGG c’est Glou-Glou-Glou !

Pour être honnête, citons aussi quelques ratés mais sans conséquences :

- les bisbilles pour des questions d’organisation et de ponctualité entre les plus diligents qui se sont vite rabibochés pour notre plus grand plaisir.

- les indications fantaisistes de Vincent (tout dépend d’où on se place !) quand par malheur je me suis perdu sur les pistes. Ayant un besoin pressant en haut du Funitel, le temps que je relève la tête, la fine équipe avait disparu. En effet, le rythme est soutenu et les chefs de file sont nombreux : on n’a pas le temps de s’endormir sur ses lauriers ; heureusement la neige est excellente et le temps est ensoleillé, malgré le froid au début du séjour. Bref, après de multiples erreurs m’amenant sur de vraies fausses pistes et grâce à mon plan, j’ai retrouvé le fameux Mont Vallon où j’ai pu me bronzer sur les tables en restant incognito du groupe... Donc, pas d’Ours, pas de Jérusalem, pas de Becca pour cette fois !

- le réfrigérateur qui s’éteint tout seul : un mystère que l’on m’a mis sur le dos car ayant découvert le pot aux roses, c’était donc moi qui avait débranché la prise reliée au frigo et à la bouilloire. Bref, trois fois rien !

Nous avons clos le séjour en fêtant l’anniversaire inattendu de Martine, toujours très sympa, qui entrait dans la même année que j’aurai dans un peu plus de 2 mois (à cet âge, on ne l’annonce plus !).

Enfin, nous avions repéré avec Patrick, un caleçon original avec le plan des pistes localisées de manière ad hoc, destiné à Vincent pour la performance dans son rôle de G.O. ; notre séjour s’est alors achevé, non pas par un défilé de mannequin comme on aurait pu le penser, mais par le sourire pudique de Vincent restant assis sur le canapé !

Et il faut aussi remercier les bons cuisiniers, JP omniprésent, Francis le Vosgien casqué qui mordille, très compétent… Ai beaucoup apprécié le gigot d’agneau préparé parfaitement par Daniel et Arnaud, et puis tous les autres ! Sans oublier évidemment, Vincent et ses acolytes pour les multiples corvées de ravitaillement.

Cerise sur le gâteau du séjour, lorsque j’ai pris la navette pour redescendre à Moûtiers, au milieu du trajet, j’entends un grand bruit : les bagages se sont déversés de la soute à la route ! Par chance, il n’y avait pas de voiture qui montait en face à ce moment-là et les divers valises et sacs se sont arrêtés juste avant le précipice. Pas d’incident supplémentaire à signaler à part un beau bordel sur la route bloquée dans les deux sens, et les passagers du car descendus également sur la route pour vérifier leurs bagages.

Tout cela constitue de savoureuses anecdotes dont on se souvient avec bonheur... ou effroi (et non pas beffroi, même pour l’ambassadeur de Béthune !).

Portfolio

2016 03 Valtho gorille rouge 2016 03 Valtho rampe brouillard 2016 03 Valtho trace sur neige 2016 03 Valtho Chalet du soleil 2016 03 Valtho vue balcon 2016 03 Valtho feu cheminée 2016 03 Valtho tablée

@ Groupe Grimpe et Glisse - c/o Centre LGBT Paris Ile-de-France - 63, rue Beaubourg 75003 PARIS - ggg@grimpeglisse.org

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette